JEUX ET FIGURINES, LES PRETORIENS

jeux et figurines de Coulaines et Les prétoriens duMans. asso. de jeux et figurine futuristes, fantastique, historique et jeux de cartes
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
guian

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   Lun 20 Avr - 11:42

Wald Mildwein, capitaine du régiment de lanciers les Griffes du Loup de la Meute
Récit de la campagne contre les skavens attaquant Altdorf

Le soleil commençait à peine à se lever pour un nouveau jour où le sang allait couler dans les champs du sud de Altdorf. La Meute avait reçu l’ordre de tenir une position afin que les forces principales de la ville mettent en déroute une armée skaven qui venait de sortir de terre en la prenant à revers. Nous étions censé nous confronter à une force d’avant-garde ou à l’une des ailes de la force principale de l’ennemi. J’étais le capitaine d’un régiment de lancier et l’expérience de mes combats précédents ne m’avait pas vraiment permis, à moi et mes hommes, de nous illustrer aux champs d’honneur. Sauf que cette fois-ci, nous sommes en première ligne avec pour mission de défendre les machines feu d’enfer sur la droite de notre position avec le soutien d’un contingent d’Invictus Rifles. C’était censé être une partie plaisir où nous combattrions surement à trois contre un.



Lorsque nous vîmes les premiers skavens apparaître dans les champs, les hommes riaient d’un air moqueur en voyant les petits groupes disparates qui s’établissait dans les champs voisins. Il est vrai que j’avais un peu le sourire aux lèvres au début. Cependant, les petits groupes disparates formèrent une nuée  grouillant autour d’une cloche montée sur un chariot. Les rires s’étranglèrent, les sourires s’effacèrent et les yeux s’exorbitaient en se rendant compte d’une effroyable vérité : le gros de l’armée se trouvait en face de nous et nous nous retrouvions finalement à un contre trois. Sans crier gare et avant que nous nous décidions presque à battre en retraite avant même d’avoir engagé le combat, un hurlement nous parvint sur la droite. Le Loup venait de prendre son envol, l’épée au clair, pour charger droit sur l’ennemi. Les joueurs d’épée suivirent le mouvement en hurlant et les canons envoyaient leurs premiers boulets. Contre toute attente, nous devions passer à l’attaque alors qu’il était au départ prévu de laisser l’ennemi approcher. Nous avancions à petite allure face à un régiment de skavens qui longeait un petit mur. C’est alors que nous entendîmes des détonations sur notre droite. Ce que je vis me terrifia. Les joueurs d’épée, l’élite de notre corps d’armée, se faisait taillé en pièce alors qu’ils venaient à peine de donner la charge. Des projectiles magiques, des fusées, et d’étranges boulets leur tombaient dessus et les décimaient avec une facilité que je n’avais jamais vu auparavant sur un champ de bataille. A chaque explosion, un nuage de fumée se mouvait et apportait la mort autour de lui, à se demander ce qui tuait le plus entre les projectiles et le gaz qu’ils contenaient. Curieusement, ces maudits rongeurs devaient penser que nous n’étions pas assez menaçant pour nous attaquer. Les chevaliers sur notre gauche venaient de nous dépasser et cherchaient à faire une percée en chargeant les flancs de l’ennemi.

Entre la mort qui venait de partout, les gaz et les explosions, il devenait de plus en plus difficile pour mes hommes de garder leur sang-froid et de continuer d’avancer. Et comme si ça ne suffisait pas, une de leur monstruosité apparu d’entre les arbres, menaçant notre flanc gauche. S’en était trop pour mes hommes qui, mort de peur, commençait à tourner les talons. Heureusement notre artillerie parvint à arracher l’une des têtes de cette horreur et celle-ci concentra son attention sur ce qui l’avait blessé. Mais en regardant autour de moi, je constatais que la situation n’était pas jolie. Il restait à peine une poignée d’hommes chez les joueurs d’épée qui n’avaient pas encore engagé l’ennemi, le Loup combattait au cœur de l’ennemi sans soutien et bien que les chevaliers soient passés au travers des lignes skavens, ils risquaient d’être coupé de nous et de se retrouver isolé. Les rongeurs firent alors sonner leur cloche et le son galvanisa leurs rangs. J’ignore si c’était l’inconscience ou l’instinct de survie, mais je parvins à rétablir l’ordre dans mon régiment à grand renfort de remontrances et de coups sur la tête avec le plat de l’épée. J’avais compris que notre mince chance de victoire était de rejoindre le plus rapidement possible les chevaliers pour encercler la cloche et la renverser. Après tout, un rat décapité ne mord plus. Je lançais alors mes hommes à la charge de l’infanterie ennemie qui nous séparait des chevaliers. Heureusement les feu d’enfer et les arquebusiers nous apportèrent un précieux soutien sur les flancs, semant la mort devant avec une grêle de plomb.



Je n’avais jamais imaginé que la violence d’un choc entre deux unités au corps à corps pouvait être aussi violente. Ce fut une véritable explosion où rongeurs et humains se mêlaient dans une danse mortelle où seul la raison du plus fort est la meilleure. A ce moment-là, on ne réfléchit plus vraiment, si ce n’est qu’à une chose : tuer pour survivre. Ces satanées bestioles étaient agiles et rapides, mais elles manquaient cruellement de discipline et d’entraînement militaire. Après avoir tué deux skavens, j’étais déjà couvert de sang. Sang de rats ou d’humains ? Qu’importe, j’étais animé par une incontrôlable montée d’adrénaline et un impitoyable instinct de tueur. Je me sentais intouchable et insensible à la moindre blessure. A peine nous venions de charger que combat ne dura pas, l’ennemi fut rapidement mis en déroute à ma grande surprise et nous miment pas de temps pour rattraper les fuyards et leur porter le coup de grâce. Comme quoi, le nombre ne peut pas tout faire dans une bataille.



Malheureusement, nous arrivions trop tard. Les restes de notre cavalerie battaient en retraite après avoir essuyée de lourdes pertes. Encore ce maudit gaz. Je ne voyais plus de joueurs d’épée sur notre droite et le Loup sur son griffon continuait de se battre avec férocité à proximité de la cloche. J’ordonnais alors à mes hommes, animés d’une énergie nouvelle et prêt à me suivre jusqu’en enfer, de rallier notre général afin de lui prêter main forte et espérer mettre un terme à cette bataille en chargeant la force principale qui entourait la cloche. C’est là qu’un boulet explosa à proximité et répandit son gaz mortel et me faisant perdre connaissance.

Je me réveillais miraculeusement indemne sous une tente de campagne. D’après le médecin, je n’avais pas respiré assez de gaz pour mourir… contrairement à mon voisin. Avant de me reposer, on m’informa que nous avions gagné la bataille sans l’aide de l’armée de Altdorf qui était arrivé trop tard, mais nos pertes étaient effroyables. Seul mon régiment et les feu d’enfer semblaient ne pas avoir trop souffert. Je me sentais plus soulagé que fier d’avoir survécu et permis à un maximum de mes hommes de voir le soleil se coucher ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Greenwar

avatar

Messages : 269
Date d'inscription : 23/02/2015
Age : 18
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   Ven 24 Avr - 0:43

Mais c'est super ça ! Bravo à toi mon Florian Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
guian

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   Ven 24 Avr - 10:42

merci !
S'il y a du monde de motivé, je suis partant pour faire d'autres parties romancées et pourquoi pas des parties commentées (pas de WHB par contre) si je trouve le temps de les faire Rolling Eyes Wink
Revenir en haut Aller en bas
Skweel72

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 22/02/2015
Age : 21

MessageSujet: Re: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   Sam 25 Avr - 21:07

Magnifique partie mon cher Florian Very Happy
Les joueurs d'épées quand même ... Rolling Eyes Cool
Revenir en haut Aller en bas
guian

avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 27/02/2015

MessageSujet: Re: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   Dim 26 Avr - 8:52

chut ! affraid
la cellule psychologique n'a pas encore complétement terminé son travail alors c'est pas le moment de tout foutre en l'air Rolling Eyes
même moi, j'ai encore besoin d'une bouée pour m'assoir lol!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie romancée : les champs d'Altdorf ensanglantés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Champs de bataille compte rendu de partie
» simple bilan partie a 1000 points contre un nain
» Feralas Realm Champs Deck List
» scenario et déroulement des partie
» partie amicale OCTGN via Hamachi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JEUX ET FIGURINES, LES PRETORIENS :: JEUX MEDIEVAUX FANTASTIQUES :: WARHAMMER BATLLE :: Général (discussion, règles, question diverses...)-
Sauter vers: